Oberheim Matrix 1000 (1988)

Oberheim Matrix 1000

 
SOUS LE CAPOT
Inside Oberheim Matrix-1000

Inside Oberheim Matrix-1000

Inside Oberheim Matrix-1000

Inside Oberheim Matrix-1000

Inside Oberheim Matrix-1000

Inside Oberheim Matrix-1000

Inside Oberheim Matrix-1000

Inside Oberheim Matrix-1000

 
DOCUMENTS PDF SUR LES PRINCIPAUX CIRCUITS
CEM3396 74HCT32N CD4051BE Motorola 68B09

AM6012 DAC

     
IMPRESSION

L'Oberheim Matrix-1000 est connu pour être un excellent synthé analogique polyphonique à 6 voies et possédant le fameux son "Oberheim". En effet, le Matrix-1000 est la version rack du Matrix-6, lui-même étant réputé pour les sonorités très riches qu'il peut produire. Le secret de ce son réside dans le circuit utilisé, le CEM-3396.
Ce circuit intègre deux oscillateurs de type DCO, un filtre résonnant 24dB/oct et un VCA. Evidemment, vu que ce circuit est finalement un synthétiseur à lui seul, tous les synthétiseurs utilisant ce circuit sonneront globalement de façon similaire ! L'idée du Matrix-1000 est d'être une sorte de "boîte à sons" reprenant les sons les plus spécifiques de la marque Oberheim. C'est cette idée de machine à "preset" qui est dominante et qui explique d'ailleurs pourquoi on ne peut pas programmer de sons directement sur cette machine. En effet, il faudra utiliser un logiciel (mac/pc) pour pouvoir la programmer, ou utiliser un programmeur externe.

Alors, qu'en est-il justement du fameux son "CEM 3396" ? Et bien, c'est tout d'abord un son tout à fait particulier dû au fait que les oscillateurs ne connaissent que deux formes d'ondes : pulse (largeur réglable) et sawtooth... Mais on a un paramètre permettant de régler une sorte de balance entre le niveau de pulse et le niveau de sawtooth afin de créer une grande variété de combinaisons différentes entre ses deux formes d'ondes. On peut également générer du bruit blanc, détuner les oscillateurs. Ensuite vient le filtre, qui est auto-résonnant, de type LPF 24dB. Filtre classique donc, mais qui est très doux. Il y a de nombreux paramètres de routage entres les deux oscillateurs, permettant de faire de la synthèse FM à partir des deux oscillateurs, il y a également trois enveloppes, l'une est dédicacée au filtre, l'autre pour le VCA mais la 3ème peut être utilisée pour d'autres réglages, ce qui permet de faire des choses assez sophistiquées (on est loin de la série des Juno et de leur unique enveloppe).

Il y a également la possibilité de faire un "cross-mod" entres les deux oscillateurs, ce qui permettra de faire des sons à consonance "FM" également (on retrouve cette fonctionnalité sur le Roland JX8P). Mais le grand intérêt de la synthèse proposée par la série des "Matrix" d'Oberheim est d'utiliser justement une matrice (une sorte de tableau) permettant de créer un nombre important de modulations. On pourra donc utiliser diverses sources (lfo, modulation wheel, niveau de vélocité, ...) pour moduler diverses destinations (pitch des oscillateurs, coupure de filtre, résonance du filtre, niveau d'enveloppe, ...). Cela va permettre de créer des sons relativement complexes. Mais attention à ne pas trop abuser de ces routages, car parfois le CPU (qui gère de façon logiciel ces routages) ne suit pas toujours la cadence ... Ce CPU étant un Motorola 68B09 (ou compatible) fonctionnant à environ ...2Mhz !

Le Matrix-1000 est arrivé à l'heure du digital, où les synthétiseurs utilisant des technologies digitales (les Roland D50/D20, les Yamaha DX ainsi que le nouveau Korg M1) étaient très en vogue et très largement dominantes dans les compositions de cette époque... Car en 1988 plus personne ne souhaitait réellement encore investir dans les technologies analogiques, préférant plutôt la technologie numérique qui permettait de franchir de nouvelles étapes dans la recherche de sons et s'affranchir des contraintes assez fortes qu'imposaient les synthétiseurs analogiques en terme de sound-design, de polyphonie, stabilité, etc...

Cependant certains désiraient disposer d'une sorte de grosse banque de sons analogique, où il suffisait de "piocher" un son, afin d'étoffer une sonorité, ou créer un effet sonore, etc... C'est dans cet optique que le Matrix-1000 était généralement utilisé (une sorte de grosse mémoire de 1000 sons emprunts des sonorités typées analogique d'Oberheim).
Néanmoins le Matrix-1000 est un réel synthé programmable qui permet de créer des sons vraiment très complexes et riches ! 
Pour ceux qui désirent pouvoir programmer le Matrix-1000 et connaître les possibilités de sa synthèse, il faudra utiliser le mode d'emploi du Matrix-6 !

Au niveau de la conception électronique, on peut voir que la carte-mère est relativement simple (surtout si l'on compare par rapport à d'autres comme celles du Crumar Bit01, Roland JX-8P, ...). Cela est dû en partie au fait que les 6 circuits CEM3396 enferment la production du signal des oscillateurs, ainsi que le filtrage. Le CPU 68B09 gère les enveloppes, les LFO, ainsi que la matrice de modulation (qui peut s'apparenter à une sorte de check-list que le CPU exécute, tout en fournissant les informations aux autres circuits) . Ce CPU fera parvenir toutes ses informations, relatives à la programmation du son, à un circuit spécial (AM6012) qui est un décodeur digital-to-analog, et qui va envoyer les signaux adéquats aux divers multiplexeurs/démultiplexeurs (CD4051BE) qui permettront, en fin de chaîne, de programmer les circuits CEM3396. On peut donc dire que ce synthétiseur utilise à nouveau une technologie hybride, comme la majorité des machines de cette époque. D'une part les oscillateurs et les filtres sont de vrais éléments analogiques, avec une supervision digitale. Le meilleur des deux mondes probablement ! ;-)

On pourrait juste reprocher à ce synthétiseur qu'il n'y ai qu'une seule sortie audio, de type monophonique. Mais ce n'est pas un réel problème car en production on pourra enregistrer la même piste des canaux mono différents, puis recréer une spatialisation stéréo.