Roland JX-8P (1984)

Roland JX8P

 
SOUS LE CAPOT
Inside Roland JX-8P

Inside Roland JX-8P

Inside Roland JX-8P

Inside Roland JX-8P

    
 
DOCUMENTS PDF SUR LES PRINCIPAUX CIRCUITS
NEC D8253C2 NEC 8155HC HITACHI HD63803 HITACHI HD14066BP SHARP IR94558      

 

IMPRESSION

Encore un synthé analogique Roland, et celui-ci est décrit comme "Hybride". Ce fût le dernier synthé analogique d'ailleurs, car par la suite la série "D" viendra prendre la relève avec l'avènement des synthés totalement digitaux. Le D-50 sera le plus connu de la série d'ailleurs.
Le JX-8P est un très joli synthé. Couleurs et look très futuriste, un afficheur à tube sous vide avec affichage fluorescent, plutôt que les classiques LCD. L'engin est très lourd également. On sent une notion de robustesse certaine. Son surnom "hybride" vient du fait qu'il peut utiliser une modulation en anneaux. C'est un procédé de synchronisation entre les 2 oscillateurs. Plutôt que ceux-ci délivrent chacun leur signaux de façon indépendante jusqu'au mélangeur, ils vont plutôt suivre un peu la méthode "FM" des synthés de la série "DX" de Yamaha, et c'est donc l'oscillateur1 qui va injecter son signal dans l'oscillateur2. A la sortie de ce dernier, la forme d'onde sera profondément modifiée en fonction des volumes des deux oscillateurs, et donc on pourra produire des formes d'ondes complexes comme justement le concurrent n°1 du JX8P : Le célèbre Yamha DX-7. Cependant les FX-7 utilisent 6 oscillateurs et sont câblés selon 32 algorithmes possibles... Donc le JX8P est largement dominé dans ce domaine...

On pourra cependant créer des sons de cloches à la BigBen tout à fait réalistes, ou des sons métalliques typique de la synthèse FM. Bien évidement on pourra bien sûr continuer à créer des sons purement analogiques également. Le JX8P disposent de plus de paramètres que la série des Juno et Alpha-Juno.
En fait je le compare souvent à un Jupiter-8 ayant la connectique MIDI, mais sans la possibilité de split ni arpégiateur. Ceci dis, rien n'est plus indiqué qu'un séquenceur pour générer des arpèges, ce n'est donc pas un soucis. Le mode "split" aurait été intéressant sur ce clavier vu ses 5 octaves. Par contre on retrouve le mode unisson du Jupiter-8, ce qui permettra donc de faire jouer 12 oscillateurs par note enfoncée, ce qui se traduira par un son extrêmement riche et épais.

En effet il y a deux oscillateurs par note jouée, et également 2 enveloppes. Permettant donc d'avoir une enveloppe dédiée pour le contrôle de l'amplitude du volume, et l'autre enveloppe pour contrôler le filtre. On retrouve pas mal de paramètres gérant l'aspect de la dynamique du clavier (et de l'aftertouch d'ailleurs, mais ce dernier nécessite une main bien musclée pour en contrôler les nuances). L'interface de programmation est classique. On entre un n° de fonction/paramètre, et ensuite on y introduit une valeur, comme sur la majorité des synthétiseurs de cette décénie. Si on veut se rappeler le bon vieux temps des commandes attitrées à des contrôleurs en temps-réel, il faudra s'adjoindre les service du programmeur "PG-800".

Le son que produit le JX8P m'a toujours étonné dans le sens négatif du terme. Il sonne très fin, très médium, très sec et brillant. Quoi qu'on fasse pour en atténuer l'effet, un aspect brillant se fait entendre. De plus la plage de réglage de certains paramètres laisse dubitatif. Par exemple (je précise bien qu'il s'agit d'un exemple et que j'exagère les choses pour les mettre en évidence) de 00 à 80 un paramètre semble ne pas réagir. Puis à 81 il réagit un peu. Mais à 85 il réagit infiniment trop. De 85 à 99 la nuance ne se fait plus sentir non plus ... Du coup on se retrouve avec une valeur "audible" ayant un effet sur le son de 81 à 85 ... Alors que nous avons une plage allant de 00 à 99 ... Etrange donc ... Cela vaut pour plusieurs paramètre de ce synthé. Bien sûr on me dira que mon modèle doit probablement présenter des troubles, ce à quoi je dirais que j'ai eu l'occasion de faire ces mêmes essais sur 2 autres JX8P, dont l'un avait le programmeur PG-800 et j'en suis arrivé exactement aux mêmes conclusions.

Malgré tout, il me semble tout indiqué pour les basses électro claquantes, les strings-synthés, et les lead agressifs. En effet ce synthé propose un son plutôt agressif. Le son n'est pas "gras" ni "ronflant" comme pour l'Alpha Juno 1. Il est beaucoup plus régulier, presque digital et donc assez fin. Quand on tente des pads très doux, on obtient une sensation d'essoufflement et de fréquence totalement "mangée" par le filtre, rendant le son un peu "sourd", ce qui est vraiment étonnant puisque le circuit gérant le filtre est un IR3R05 comme sur d'autres synthés Roland de cette même époque et qui ne donnent pourtant pas cette impression... A croire que ce circuit est combiné à d'autres et que le résultat finalement modifie les caractéristiques de ce filtre...

Il dispose d'une très bonne implémentation MIDI, ce qui permettra avec un séquenceur de le contrôler de manière précise. Il a aussi comme les Juno une polyphonie un peu réduite de 6 notes, mais ça ne m'a jamais vraiment dérangé. On peut réaliser de jolies choses en jouant dans les notes très graves, avec des sons légèrement détunés, on peut alors s'approcher de gros synthés mythiques au niveau de l'impression sonore.

Un petit tour dans les entrailles de cette imposante machine révèle les classiques I.C.  de marque Roland pour la partie audio. A noter que la carte mère de ce synthé est particulièrement remplie, et notamment la section "cpu/logic board". Je me suis souvent demandé pourquoi il y avait autant de circuits intégrés de type "programmable timer" et autres "micro-controler" alors que, en comparaison avec l'Alpha Juno 1 sorti un an après, il n'y a rien de plus qui nécessiterait une telle débauche de circuits logiques ... Mais je suppose que les ingénieurs de Roland avaient de bonnes raisons.... Laissons donc ça aux spécialistes.
Les 6 oscillateurs semblent être composés de circuits de type Quadruple Analog Switch (SPST) Multiplexer.
Sur la carte-mère on retrouve :

  • 12x HITACHI HD14066BP (DCO probablement)
  • 14x SHARP IR94558 Dual-Op Amplifier
  • 6x IR3105 (VCF/VCA)
  • 2x MN3009/MN3101 BBD (Chorus)
  • 1x NEC D8049C (Timer controler)
  • 4x NEC D8253C-2 (Programmable Timer)
  • 1x HITACHI HD6308 (CPU)