Waldorf Blofeld (2009)

Waldorf Blofeld

 
SOUS LE CAPOT
Inside Waldorf Blofeld

Inside Waldorf Blofeld

Inside Waldorf Blofeld

Inside Waldorf Blofeld

Inside Waldorf Blofeld

Inside Waldorf Blofeld

 
DOCUMENTS PDF SUR LES PRINCIPAUX CIRCUITS
FREESCALE MC9S12UF32PBE FREESCALE DSP56371 SAMSUNG K9F1208U0B AKM 438        

 

IMPRESSION

Autant le dire d'entrée de jeu : le blofeld n'est pas vraiment un synthétiseur V.A. (Virtual Analog) en ce sens qu'il semble ne pas posséder d'algorithmes propres à générer un rendu hasardeux et aléatoire, qui est le caractère propre d'un synthétiseur analogique. C'est par contre un excellent synthétiseur digital qui cumule deux synthèses (voire trois avec la possibilité "FM") : La lecture de forme d'ondes échantillonnées (formes d'ondes primitives classiques + celles des modèles "Q" et "micro-Q") et les tables d'ondes (notamment celles héritées de la série des microwave II,XT,XTk).
Le blofeld possède trois DCO comportant de très nombreux paramètres qui peuvent ensuite être mixés et envoyés vers deux filtres indépendants. Pour chaque DCO on pourra choisir le niveau d'envoi vers le filtre 1 et le filtre 2. Les possibilités de routages sont assez variées, tout comme le nombre de filtres (6 types, incluant les traditionnels HPF,LPF 12 et 24dB, mais aussi les types notch et comb+/comb- et un mode "PPG" qui est de type 24dB et émule avec un certain succès le filtre du célèbre PPG). Les filtre sont vraiment efficaces et sonnent réellement bien ! On trouve également dans cette section très complète la possibilité de faire varier la saturation du filtre pour simuler au mieux certaines comportements typiques de certains synthés ou de certaines technologies de filtres analogiques.
On remarquera qu'il existe des possibilités de routages entre les filtres permettant de créer une variations d'harmoniques extrêmement sophistiquées...
Le moteur de synthèse permet également d'avoir sous la main quatre enveloppes. La 1ère est destinée au DCA, la 2ème aux DCF, les deux restantes seront assignables au niveau de la matrice de modulation. Trois LFO sont également au rendez-vous, proposant les classiques formes d'ondes sine, triangle, square, sawtooth, S/H (sample & Hold) et random. Ces LFO disposent de différents modes de synchronisation (Midi, key on, triggers, ...) et peuvent même devenir des sources "FM" à part entières.

Bien que ce petit module ne propose pas énormément de boutons de commandes (7 boutons rotatifs), les menus sont extrêmement bien conçus. On peut vraiment dire que l'interface de programmation est une petite merveille. L'écran affiche même des graphismes liés aux formes d'ondes, enveloppes ou encore les routages des DCO vers les filtres.
Néanmoins il existe des éditeurs de sons (mac/pc) qui permettront également de faire de façon plus confortable les réglages nécessaires.

On trouve ensuite une section d'effets permettant de connecter deux modules d'effets. On y retrouve des chorus/flanger/phaser et des delays/reverbs. Les delays sont convaincants, par contre la reverb est très métallique ... ce qui peut d'ailleurs être un avantage en fonction de ce qu'on désire produire. Le chorus est vraiment moyen, mais par contre le phaser et le flanger sont vraiment navrants. D'ailleurs il faut faire attention pendant les réglages du phaser à ne pas s'exploser les tympans si on écoute les sons au casque à volume assez conséquent, car les résultats de ce phaser peuvent devenir extrêmes pour l'oreille. Pour ma part c'est à peu près le seul reproche qu'on pourrait faire à ce synthé.
Je passerai rapidement sur la possibilité de l'arpégiateur intégré qui apparemment semble extrêmement bien conçu et puissant. Malheureusement je ne peux en parler car je n'ai jamais été intéressé par tout ce qui constitue une forme de possibilité de séquences liées à une machine. Je préfère (et de loin) les programmer via un séquenceur indépendant.

Je suis parvenu (avec énormément de travail) à arracher quelques sons analogiques extrêmement proches de ceux qu'on pourrait créer sur un vrai synthétiseur analogique. Il faut jouer avec énormément de paramètres au niveau de la matrice de modulation (des micro variations de pitch, ou d'ouverture de filtres, ...). Les trois LFO permettront de s'y donner à coeur joie. Le problème principal vient, à mon sens, des DCO qui génèrent des sawtooth/pulse extrêmement brutaux, agressifs et avec une consonance digitale très marquée. Il faut donc y inclure des variations de pitchs, d'intensités, de légers effets de vibratos, et des nuances cycliques dans l'ouverture des filtres pour créer un son analogique.
Mais on sent clairement, au travers des 1000 presets livrés avec la machine, que le Blofeld est avant tout un synthétiseur conçu pour produire des sons métalliques, digitaux, ou ayant un contenu harmonique complexe.

J'ai trouvé que ce synthé générait un souffle assez présent. C'est surprenant car je m'attendais à avoir une absence quasi totale de ce genre de parasites, comme sur le Novation Ultranova, ou d'autres synthés V.A. modernes. Etrange... Ensuite, le fait d'utiliser le port USB à la place d'un connecteur MIDI classique génère également un bruit (ronronnement sourd continu). J'ai testé avec deux interfaces midi différentes et 3 ordinateurs différents. Résultats identiques :(
Heureusement je n'utilise l'USB que pour programmer le Blofeld via un programme d'édition sur ordinateur... Mais ça paraît incroyable de laisser passer un tel défaut de conception.
Mis à part ces défauts, je suis vraiment impressionné par la réalisation hardware de cette machine qui ne comporte que 4 puces :

  1. Un microprocesseur (Freescale MC9S12UF32PBE 16bits/30Mhz) : CPU + gestion usb
  2. Un DSP (Freescale DSP56371 24bit/180mhz)
  3. Un circuit de mémoire (Samsung K9F1208UOB 64m x 8 bit nand Flash mem) qui à la fois est une mémoire vive pour stocker les sons, les arpèges, ... mais également la mémoire morte contenant les formes d'ondes, les tables d'ondes et le système d'exploitation. Tout cela dans un seul circuit.
  4. Un convertisseur Digital-to-Analog (AKM438).

Je n'ai pas pu démonté entièrement mon propre synthé, car il semble que Waldorf a réalisé un update majeur au niveau du hardware et désormais les circuits sont situés en dessous de l'afficheur LCD... hors cet afficheur est soudé à la carte-mère, et donc il n'est plus possible d'avoir une vue sur ces circuits. J'ai donc utilisé 2 photos trouvées sur le net pour illustrer à quoi ressemble ces fameux circuits.
Cette machine qui propose donc un tel condensé de possibilités impressionnantes n'a donc besoin que d'un seul DSP pour générer le rendu global de 16 timbres potentiellement différents sur une polyphonie maximum de 25 notes... Il faut croire que chez Waldorf on sait comment programmer de façon ultra optimisée. C'est réellement impressionnant. Par exemple l'Ultranova n'a que 18 notes de polyphonie (au maximum, mais dans les faits on est bien en-deçà) pour un seul timbre... alors que la carte-mère comporte bien plus d'éléments, DSP, ...

En résumé, je dirais que ce synthétiseur génère un son clairement "digital" mais qu'on peut néanmoins se rapprocher fortement de sons analogiques assez crédibles ! Le moteur de synthèse est extrêmement complet et, à mon avis, les possibilités de créations sonores sont vraiment illimitées... L'interface est très bien conçue également. De plus, ce module est multitimbrale à 16 "parts", ce qui est vraiment impressionnant. La polyphonie annoncée est de 25 notes, mais cela varie en fonction de la complexité de certains sons ainsi que le nombre d'effets utilisés, la complexité de ceux-ci, ... Cette polyphonie peut donc retomber de façon significative, mais elle reste tout à fait acceptable.
Les seuls défauts que je lui connais sont : une section d'effets très peu réussie, une qualité sonore mitigée en sortie du boitier et à un phénomène de bruit ronronnant lors de l'usage de l'USB.